2016 : Golden, un court métrage en or

Une véritable œuvre d’art… Un conte de fée moderne…
Un message d’une simplicité enfantine mais un talent indéniable et une sensibilité particulière pour l’exprimer ainsi.
2 minutes 20 secondes d’une très grande intensité accompagnée par une merveilleuse musique.

Une ode à l’amour, à la culture de la différence et à l’acceptation de soi, pas seulement pour nous mais pour tous les autres.

2015 : Don’t Wait, un clip magique

Un joli clip avec un prince charmant, ne boudons pas notre plaisir !

Je sais que tu as un cœur fort,
C’est écrit dans les étoiles.
Derrière des murs de château,
Tu as caché ta lumière.
Mais quand tu laisses le passé partir,
Ton histoire se déroule.
Regarde par ta fenêtre,
Dans la nuit.

Les ténèbres peuvent te renfermer sur toi-même,
Je serai ta boussole, alors jamais tu ne te sentiras seul (tu ne te perdras jamais).

N’attends pas d’être prêt pour le monde,
Qui dit que tu ne peux pas l’explorer.
Qui dit que tu ne peux pas l’explorer.
N’attends pas d’être prêt pour le monde,
Trouve ce qui te ressemble.
Trouve ce qui te ressemble.

Les monstres sont-ils dans ta tête maintenant ? 

Regarde-les tomber,
S’ils reviennent,
Tu seras prêt.
Et quand le voyage prendra fin,
Sache seulement que ça suffit.
Tu es comme un guerrier,
Continue à te battre !

Les ténèbres peuvent te renfermer sur toi-même,
Je serai ta boussole, alors jamais tu ne te sentiras seul (tu ne te perdras jamais).

N’attends pas d’être prêt pour le monde,
Qui dit que tu ne peux pas l’explorer.
Qui dit que tu ne peux pas l’explorer.
N’attends pas d’être prêt pour le monde,
Trouve ce qui te ressemble.
Trouve ce qui te ressemble.

(N’attends pas…)
N’attends pas, non.
(N’attends pas…)
(N’attends pas…)
N’attends pas, non.
(N’attends pas…)

N’attends pas d’être prêt pour le monde,
Qui dit que tu ne peux pas l’explorer.
Qui dit que tu ne peux pas l’explorer.
N’attends pas d’être prêt pour le monde,
Trouve ce qui te ressemble.
Trouve ce qui te ressemble.

N’attends pas d’être prêt pour le monde,
Qui dit que tu ne peux pas l’explorer.
Qui dit que tu ne peux pas l’explorer.
N’attends pas d’être prêt pour le monde,
Trouve ce qui te ressemble.
Trouve ce qui te ressemble.
En savoir plus sur http://www.paroles.net/joey-graceffa/paroles-don-t-wait-traduction#WRbKzGIf4F8PZF2X.99

Un couple gay dans La Belle et la Bête (2017)

Dans la dernière version (2017) de La Belle et la Bête, le réalisateur Bill Condon a choisi de mettre en avant la sexualité du Fou qui est donc clairement amoureux de son meilleur ami, Gaston, le Don Juan arrogant et prétentieux prêt à tout pour épouser Belle

Voici donc les 2 protagonistes, Le Fou :

Il est le meilleur ami de Gaston, comme dans la série animée.

Mais, il en pince pour lui. Bill Condon a déclaré : « LeFou est quelqu’un qui un jour veut être Gaston et le jour d’après, il veut embrasser Gaston. C’est quelqu’un qui est perdu sur ce qu’il ressent. Il réalise tout juste qu’il éprouve des sentiments pour lui et Josh [Gad] le fait de façon très subtile et c’est génial. C’est ce qui rend la fin aussi bien, mais je ne veux pas vous en dire trop. Mais c’est beau, un moment gay inédit dans les films Disney ». Voici d’ailleurs la chanson où il dit qu’ « un jour il veut être Gaston et le jour d’après, il veut embrasser Gaston » :

Le second est un villageois, faisant partie d’une bande de 3 :

qui vont vouloir s’en prendre à Big Ben, l’horloge, qui sera défendu par Mme de Garderobe, qui va les rhabiller pour l’occasion : 

et çà semble plutôt réjouir l’un d’entre eux :

que l’on retrouvera au bal de fin dans les bras de LeFou :

Bien sur, si le fait que Disney permette enfin l’apparition de la diversité dans ses films nous réjouit, ce ne fut évidemment pas le cas de tout le monde. Les passages « controversés » ont été supprimés dans plusieurs pays musulman et le film boycotté dans certaines salles, telle celle de ce directeur sur sa page Facebook (via Deadline) :

« C’est avec une grande tristesse que nous devons annoncer à nos clients que nous ne montrerons pas « La Belle et la Bête » au Drive-In d’Henagar lorsqu’il sortira. Lorsque des entreprises nous forcent continuellement à penser comme elles, nous devons nous y opposer. Nous faisons tous des choix et j’ai fait le mien. (…) Si nous ne pouvons pas emmener notre petite-fille de 11 ans et notre petit-fils de 8 ans voir un film, il n’y a pas d’intérêt à le voir du tout. Si je ne peux pas m’asseoir avec Dieu et Jésus à mes côtés pour regarder un film, il n’y a pas d’intérêt à le montrer du tout. Je sais que des gens ne seront pas d’accord avec cette décision. C’est normal. Nous sommes avant tout des Chrétiens. Nous ne nous opposerons pas à ce que nous enseigne la Bible. Nous continuerons à projeter des films qui défendent la famille, et que vous pouvez voir entièrement sans être inquiétés par le sexe, la nudité, l’homosexualité et la grossièreté.(…) ».

Selon Time, l’évangéliste Franklin Graham a lancé un appel au boycott du film qui a déjà été partagé 90 000 fois sur Facebook.

 On notera d’ailleurs que si l’évocation d’une relation gay fait polémique, le fait qu’une adolescente soit séduite par un espèce de minotaure ne semble pas les gêner :

Au delà de ces passages fort agréable, le casting est également très gay-friendly avec des personnalités ouvertement gay, notamment Ian « Gandalf »  » Magneto » McKellen qui interprète Big Ben, et Luke « Bard – The Hobbit » Evans, interprète de l’horrible Gaston, sans oublier bien sûr le réalisateur Bill Condon.

Même s’il y a un antécédent français de casting gay-friendly avec la version de 1946 de Jean Cocteau, avec le sublime Jean Marais en Gaston, la Bête et le Prince :

Après toutes ces images, on imagine que vous en voulez encore plus !

On vous  propose de clore en beauté par cette reprise du titre principal par le violoniste torse-nu « Shirtless Violonist »:

 

 

Une parodie sexy avec des super-héros en petite tenue

Un joli conte de fée

Une magnifique animation avec des princesses, un roi-mage et un chevalier avec déroulement que vous allez adorer :

L’occasion de redécouvrir Princes charmés (1995) et Princes radieux (1997) de Peter Cashorali, deux recueils présentant les contes traditionnels de Perrault, Grimm et Andersen avec une nouvelle grille de lecture, drôle, touchante et intelligente.

Bien sûr, tout ne se termine pas par un mariage et beaucoup d’enfants.

Page 1 sur 108