Auteur : Michel Tremblay

Tags: conte, fantastique

Année: 1966    Type: N    LGBT: h

Note :

Description

Résumé :

Ces contes fantastiques ont été écrits entre 1958 et 1961. Michel Tremblay avait donc entre seize et dix-neuf ans. Il avoue avoir écrit ces nouvelles pour s’échapper de la vraie vie et du fait qu’il était homosexuel. Dans ces années, l’homosexualité n’était pas très bien comprise. Les années inscrites à la fin des contes seraient fausses, selon l’auteur, dans la préface de l’édition de Bibliothèque québécoise. Ces dates correspondent plutôt au moment où Tremblay aurait retravaillé l’écriture des contes. Selon ce qu’il écrit dans cette préface, ses influences auraient été Jean Ray, puis Edgar Allan Poe et H. P. Lovecraft.

Contrairement aux autres œuvres de Michel Tremblay, Contes pour buveurs attardés ne s’ancre pas dans l’époque où il les a écrits ni dans le territoire qu’il habite, le Québec. À travers une histoire qui semble réelle, interviennent des éléments irréels, ce qui est le propre du conte fantastique. Ces œuvres sont cependant des nouvelles et non des contes.

Les vingt-cinq nouvelles sont divisées en deux parties : « Histoires racontées par des buveurs » et « Histoires racontées pour des buveurs »

Biographie de l’auteur :

Michel Tremblay (25 juin 1942 à Montréal au Canada – ) est un dramaturge et romancier québécois.

Il est aussi conteur, traducteur, adaptateur, scénariste de films et de pièces de théâtre, parolier pour Pauline Julien, Renée Claude, Monique Leyrac.

Notre commentaire :

Recueil de nouvelles

—————————————————————————————————-

Première partie

‘’Histoires racontées par des buveurs’’

—————————————————————————————————-

‘’1er buveur : Le pendu’’

Nouvelle de 4 pages

Le narrateur, un veilleur de pendus, se doute que le prochain ne sera pas comme les autres. Il semble ne pas avoir peur devant la potence ; lorsque la corde se tend, il ne se débat pas. Avant de rendre l’âme, il pousse un hurlement qui ressemble à un éclat de rire. Au milieu de la nuit, seul avec le pendu, le veilleur est éveillé par les soupirs du pendu qui se met à respirer, à rire aux éclats, se balance au bout de sa corde qui se rompt, la tête se détachant du corps. Affolé, le veilleur court chercher le gardien et le directeur de la prison qui ne retrouvent pas la tête.

Commentaire

Elle parut aussi dans ‘’Anthologie’’ d’Émond, ‘’Anthologie de la nouvelle au Québec’’.

—————————————————————————————————-

‘’2e buveur : Circé’’

Nouvelle de 2 pages

Le narrateur est un marin parti de Liverpool sur un navire pour une longue expédition. Chaque soir, il admire le coucher du soleil et, lorsqu’il a disparu, il regarde la sirène qui est à la proue et se sent en communion avec elle qui lui semble éprouver la même nostalgie. Au soir d’une journée de grande chaleur, il croit entendre une voix de femme sur la mer puis voir une île qui s’approche vite et sur laquelle se trouve la sirène qui chante, lui sourit et l’invite à descendre. Mais cette apparition ne dure que quelques secondes et ne se reproduit pas.

—————————————————————————————————-

‘’3e buveur : Sidi bel Abbes ben Becar’’

Nouvelle d’une demi-page

Le narrateur voudrait raconter l’histoire de l’Arabe qui avait trouvé le moyen de fertiliser les déserts mais il lui a fait jurer de ne pas le faire.

—————————————————————————————————-

‘’4e buveur : L’œil de l’idole’’

Nouvelle de 6 pages

Le narrateur a voyagé vers le pays de Paganka pour y visiter le temple du dieu M’ghara qui, bien que célèbre, ne semble pas être connu des habitants. Un vieillard lui a indiqué le chemin mais, lorsqu’il atteint le temple, il l’y trouve mort au côté de sa femme qui n’a que le temps de lui parler de l’œil de l’idole, avant qu’ils soient emportés par des oiseaux-hyènes. L’œil ne lui semble pas différent du reste de la statue. Mais, le grattant, il découvre que c’est un diamant qu’il extirpe bien que l’idole se soit animée. Il fuit avec le diamant qu’il tâte : c’est un énorme œil ensanglanté !

Commentaire

Le recueil est fantastique, mais la nouvelle ne se révèle fantastique qu’assez tard (ce qui, en fait, est le propre du fantastique où il y a intrusion du surnaturel dans le monde réel). Elle se veut d’abord un récit réaliste, le narrateur ayant le sérieux d’un ethnologue intéressé par le pittoresque des «hommes-bleus», des «oiseaux-hyènes», qui se gargarise de noms exotiques ; on avale même les sacrifices humains ; on ne s’étonne guère de ce secret qui n’est pas découvert mais dont la révélation vaut la peine de mort ; «la Montagne sans Sommet» est bien étonnante pourtant. Mais qu’est-ce que ce «graft» qui est présenté comme allant de soi alors qu’on n’en a jamais entendu parler? La progression continue avec «le dieu terrible aux six bras» et voilà que le fantastique se déclare plus nettement par cette justice expéditive qui semble avoir contracté le temps pour que les vieux soient là avant l’explorateur, il n’y a que les oiseaux-hyènes qui soient un peu en retard pour achever les hautes œuvres. Indice supplémentaire sur le secret qui concerne l’œil de l’idole, mais qui n’est pas achevé et, péripétie, le danger couru par le narrateur. Une chute de l’intérêt est habilement ménagée quand il croit à son échec, mais sa cupidité, qui est révélée, fait qu’il s’obstine, qu’il découvre le diamant, que l’idole s’anime, qu’il y a une lutte de vitesse entre l’extirpation de l’œil et la réanimation de la statue (thème fantastique traditionnel), que le sommet est atteint à «la seconde fatidique». Donc, après l’apparent succès, il y a, effet dramatique conventionnel mais toujours efficace, la terrible déconvenue qui est «la malédiction de l’œil de l’idole». Dans les textes fantastiques, l’emploi d’un narrateur permet de faire accréditer l’incroyable. Les noms, créés avec liberté, jouent le rôle d’effet de réalité. L’évocation des femmes est un élément hors-d’œuvre, mais qui joue aussi ce rôle. «Peur panique» est approprié puisqu’est ainsi désignée la peur provoquée par la colère d’un autre dieu, le dieu Pan.

Le souci littéraire du jeune Tremblay, qui n’avait pas encore découvert le filon du joual, mais imitait plutôt Lovecraft tout en voulant écrire une prose française de haut niveau, se manifeste, par exemple, par le subjonctif «je pusse», par l’image des «entrailles de métal», par l’antithèse du «monstre à six bras qui ne valait pas six sous». Comme il n’était pas encore soucieux d’être poliquement correct, de respecter les diktats féministes, il pouvait encore se permettre de dire de son explorateur qu’il aurait pu «pleurer comme une jeune fille». La forme «M’ghara» est propre au Sahara où on trouve aussi des «hommes bleus», les Touaregs. Mais tout cela n’a guère d’importance : Michel Tremblay s’est amusé à construire son décor de bric et de broc. Au sujet de l’aventurier, la cupidité, et non le goût de l’aventure ou «la soif de savoir», se révèle comme étant son réel mobile.

Il faut constater la punition de la cupidité, comme celle de l’alcoolisme. Quant à la femme, elle est punie parce que…. eh bien ! parce qu’elle est une femme, n’est-ce pas suffisant? Michel Tremblay utilise l’idée qu’on trouve dans ‘’La conscience’’ de Victor Hugo, car l’œil regarde le coupable et l’on peut supposer qu’il ne va pas cesser de le regarder, de lui faire honte. Cette condamnation a une valeur plus générale : elle est celle de l’étranger qui perturbe une culture qu’il juge inférieure, de l’incroyant qui ne respecte pas une religion, du voleur qui s’empare d’un trésor.

La nouvelle parut aussi dans ‘’Anthologie de la nouvelle et du conte fantastiques québécois au XXe siècle’’.

—————————————————————————————————-

‘’5e buveur : Le vin de Gerblicht’’

Nouvelle de 6 pages

Gerblicht, l’ami du narrateur, aime torturer les animaux et lui montre une souris placée dans une boite métallique chauffée. Puis il lui fait boire d’un vin qui brûle. Le narrateur tombe dans un rêve où lui apparaît un homme sans paupières, puis un homme d’une maigreur effrayante en qui il se reconnaît, enfin il se voit escalader une montagne. Mais il vomit le vin et Gerblicht, déçu de voir qu’il n’est pas mort, disparaît mais envoie plus tard une bouteille de vin à la femme du narrateur.

—————————————————————————————————-

‘’6e buveur : Le fantôme de Don Carlos’

Nouvelle de 10 pages

L’oncle du narrateur était un spirite célèbre que vint visiter la belle et riche Isabelle del Mancio qui s’imposa à lui et lui demanda de faire apparaître le fantôme de Don Carlos. L’oncle Ivan refusa d’abord car c’était très dangereux mais il céda, laissant son neveu assister à la séance. Don Carlos, très grand et très répugnant, apparut sur son cheval, griffa au visage et laissa inanimée l’Espagnole et emporta l’oncle avec lui. Un pêcheur vit sur la mer deux hommes sur un cheval, l’un était mort.

Commentaire

En 1996, Michel Tremblay reprit le sujet dans ‘’Le fantôme de Don Carlos’’.

—————————————————————————————————-

‘’Le soûlard’’

Nouvelle de 2 pages

Un soûlard est entré dans la taverne et tous les buveurs se sont tus : la grande Marie qui aurait bien voulu continuer de dire à son Jules ce qu’elle pensait vraiment de lui ; Jimmy, le comique de l’endroit, qui s’était arrêté au beau milieu de la meilleure plaisanterie à laquelle il eût jamais pensé ; Lucie… (qui) ne parlait jamais (et) avait eu soudain le besoin de dire quelque chose… Le soûlard continuait à boire et les autres savaient qu’il ne fallait plus rien attendre… ils se regardaient vieillir.

—————————————————————————————————-

Deuxième partie

‘’Histoires racontées pour des buveurs’’

—————————————————————————————————-

‘’La dernière sortie de Lady Barbara’’

Nouvelle de huit pages

Le narrateur déclare n’avoir pas tué Lady Barbara puis raconte comment il a été convoqué par le Grand-Prêtre qui lui aurait imposé comme épreuve de tuer Lady Barbara qui a quatre-vingt dix-neuf ans et est un des Chefs Suprêmes de toutes les Confréries de l’Univers. Il est devant elle qui s’étonne que le Grand Prêtre veuille la voir. Il la frappe de son poignard mais il est assailli par des centaines de bras et, se transformant en oiseau, elle déclare la guerre à l’Univers. Et le narrateur réaffirme la victoire future de Lady Barbara.

—————————————————————————————————-

‘’Angus ou la lune vampire’’

Nouvelle de quatre pages

Le narrateur se souvient d’Angus dont il est le seul à connaître les vrais yeux. Angus ne résistait pas à la lune et, pour lui échapper, venait se réfugier chez lui qui vit ainsi ses deux longs crocs. Et, quand la lune fut là, le narrateur s’offrit à lui mais Angus, qui eut du mal à résister, refusa . Au jour, une grosse araignée entra, que le narrateur ne put tuer, qui atteignit Angus qui lança à son ami un dernier regard sans expression.

—————————————————————————————————-

‘’Maouna’’

Nouvelle de deux pages

Maouna, la sorcière, affirme, à ceux qui croient l’avoir brûlée vive, qu’elle vit encore et elle leur annonce que, pour se venger, elle fera régner la peur. Elle sera la maîtresse du monde.

—————————————————————————————————-

‘’La treizième femme du baron Klugg’’

Nouvelle de sept pages

Elle a été tuée comme l’ont été les autres. Auparavant, elle avait eu peur de lui une nuit où il était venu à sa porte verrouillée et, lors d’un bal, elle avait pensé appeler au secours, prévenir la police, commençant à croire ce que les gens disaient au sujet de ses douze femmes précédentes. Ils étaient revenus au château où il la conduisit au milieu des portraits des douze autres baronnes puis la laissa dans l’obscurité pour lui montrer enfin son propre portrait tout juste peint qui va cacher un trou comme les autres cachent des trous où se trouvent les squelettes des autres.

—————————————————————————————————-

‘’Monsieur Blink’’

Nouvelle de 3 pages

Monsieur Blink, un citoyen tout à fait modeste et effacé, découvre un matin son visage sur une affiche où on annonce qu’il est le candidat de l’avenir aux prochaines élections qui sont les plus importantes du siècle. Il est reconnu, accueilli comme un sauveur, il est assailli d’appels, il est conduit à un rassemblement où il n’a même pas besoin de parler tant il est acclamé ; enfin, il est élu premier ministre de son pays.

—————————————————————————————————-

‘’La danseuse espagnole’’

Nouvelle de deux pages

Le texte est ponctué par le refrain : «Il n’y a pas de jour en Espagne», et le narrateur évoque une danseuse espagnole qui l’a séduit mais qu’il sait ne jamais lui appartenir parce qu’il n’est pas espagnol, d’autant plus que ses frères sont gitans. Il accepte pourtant d’entrer avec elle dans la maison où il se couche et où un poignard s’enfonce dans son corps.

—————————————————————————————————-

‘’Amenachem’’

Nouvelle de neuf pages

Le narrateur veut se rendre sur «l’île aux oiseaux» pour obtenir de la sorcière Amenachem que sa fille l’aime, étant prêt à tout sacrifier pour elle. Or l’île est interdite et la sorcière peu accueillante. Dans la soirée, elle devint terrible et procéda à des pratiques étranges, différents visiteurs pénétrant dans sa cabane, le grand Waptuolep étant évoqué et entrevu un instant. Mais, de retour chez lui, le narrateur constate que tout est bouleversé : il n’est plus le maître et sa fille, devenue une vieille femme laide, le poursuit de son amour.

—————————————————————————————————-

‘’Les escaliers d’Erika’’

Nouvelle de six pages

De retour chez son ami d’enfance, Erik, qui est absent, Hans apprend que la bibliothèque est interdite. Autrefois, la jumelle d’Erik, Erika, qui faisait tomber les gens dans les escaliers, l’y avait fait chuter. Erik jura de se venger, la tua mais elle le menaça. Quatre ans plus tard, après une bataille dans la bibliothèque, Erik, blessé au pied de l’escalier, resta infirme. Or, réveillé la nuit de son retour, encore quatre ans plus tard, Hans en perçoit une discussion, voit Erik faire une chute mortelle tandis qu’une voix d’enfant lui dit qu’ils se verront dans quatre ans.

—————————————————————————————————-

‘’Le Warugoth-Shala’’

Nouvelle de quatre pages

Le narrateur affirme qu’un homme, qu’on accuse d’avoir assassiné une petite fille, n’est pas fou et que, dans sa maison, il y a un monstre, le Warugoth-Shala, qu’il a vu. Il y avait pénétré sans qu’on le sache et il avait entendu une créature indéterminée demander en allemand qui l’avait abreuvé et avait vu sortir cet homme qui tenait le corps d’une petite fille qu’il disait maudite. Et le narrateur, qui a vu le monstre, le Warugoth-Shala, se sent obligé lui aussi de tuer pour le nourrir de sang humain.

—————————————————————————————————-

‘’Wolfgang, à son retour’’

Nouvelle de cinq pages

Le narrateur, le père de Wolfgang, s’étonne de sa transformation à son retour de voyage: il ne se nourrit plus normalement, il dort le jour, il sort la nuit et revient repu. Un jeune enfant des environs a été assassiné et vidé de son sang puis sa sœur disparaît. Enfin, Wolfgang reçoit dans son lit un homme qui s’appelle Hans, que le père voit, dont le sourire et les yeux le séduisent et l’effraient. Or son fils part avec lui et, quand il revient, il a le sourire et les yeux de Hans et son père le tue.

—————————————————————————————————-

‘’Douce chaleur ‘’

Nouvelle de quatre pages

Marie est heureuse de venir au château où Monsieur l’a invitée à dîner car il est très respectueux et elle ne comprend pas pourquoi il a si mauvaise réputation auprès des gens du village. Elle voit tout de suite la robe qui trône et qu’elle est invitée à passer: une robe de cuivre dont elle se rend compte alors qu’elle est rivée au sol, qu’elle y est enserrée au point de ne pouvoir bouger, de ne pouvoir l’enlever seule, dont il refuse de l’en délivrer, allumant le feu et se disant heureux de l’avoir pour dîner.

—————————————————————————————————-

‘’Les mouches bleues’’

Nouvelle d’une page

La princesse, lassée de cet amant, l’a transformé en mouche bleue et, la sorcière s’en étonnant, elle la renvoie. Dans une grotte où se trouvent déjà des milliers de mouches bleues elle ouvre la boîte qui est censée contenir la dernière mais un papillon noir s’en échappe et la tue: la sorcière s’est vengée.

—————————————————————————————————-

‘’Jocelyn, mon fils’’

Nouvelle de trois pages

Marie est heureuse de venir au château où Monsieur l’a invitée à dîner car il est très respectueux et elle ne comprend pas pourquoi il a si mauvaise réputation auprès des gens du village. Elle voit tout de suite la robe qui trône et qu’elle est invitée à passer: une robe de cuivre dont elle se rend compte alors qu’elle est rivée au sol, qu’elle y est enserrée au point de ne pouvoir bouger, de ne pouvoir l’enlever seule, dont il refuse de l’en délivrer, allumant le feu et se disant heureux de l’avoir pour dîner.

—————————————————————————————————-

‘’Le dé’’

Nouvelle de trois pages

Bobby Stone est un bon diable qui a pourtant été la cause d’une catastrophe: une femme voulut absolument lui donner un dé qu’il refusa jusqu’à ce qu’elle lui dise qu’elle le lui refusait. Il le voulut alors et la tua même pour le lui voler non sans qu’elle lui ait révélé qu’elle y avait mis l’univers entier. Il ne la crut pas et l’oublia; aussi, quand il s’en servit , il écrasa l’univers.

—————————————————————————————————-

‘’La femme au parapluie’’

Nouvelle d’une page

Un homme a trouvé un parapluie qu’aussitôt une femme lui réclame. Quand il le lui apporte, elle lui ordonne de se jeter dans le vide, ce qu’il fait tandis qu’elle abandonne de nouveau son parapluie.

—————————————————————————————————-

‘’La dent d’Irgak’’

Nouvelle de quatre pages

Irgak est un Inuk victime d’un horrible mal de dent depuis qu’une étoile inconnue brille dans le ciel. Le sorcier du village déclare qu’il est maudit et qu’on doit le tuer. Le chef de la tribu décide qu’on le tuera dans cinq jours si la douleur persiste. La cinquième nuit, elle est plus forte que jamais et Irgak aperçoit l’étoile qui se rapproche de lui. Puis un Inuk géant apparaît, s’agenouille près d’Irgak, arrache la dent qui faisait mal et s’enfuit vers la rivière tandis que l’étoile disparaît.

—————————————————————————————————-

‘’La chambre octogonale’’

Nouvelle de six pages

Frédéric est revenu transformé d’un voyage de trois ans et son ami, le narrateur, qui remarque qu’il a peur de la chambre octogonale où se trouveraient des êtres qui pourraient le tuer, s’y rend et ne voit rien. Pourtant, bientôt, un vacarme emplit le corridor, la porte est enfoncée et Frédéric se défend contre des assaillants, qui seraient des millions de petites bêtes qui le tuent, et il accuse le narrateur qui ne les voit pas de l’avoir tué.

—————————————————————————————————-

‘’Le diable et le champignon ‘’

Nouvelle de sept pages

Le diable arrive dans un pays où il constate, en interrogeant un jeune garçon, qu’on ne connaît pas la guerre. On lui demande ce que c’est et il dessine un gros champignon. Mais cela ne dit rien aux gens ; au jeune garçon qui avait un fusil dont il ne se servait pas, il en donne un autre et l’incite à tuer le frère de sa fiancée qui s’oppose à leur mariage et qui habite le village voisin. Cela provoque un conflit et le diable fit alors paraître son champignon.

—————————————————————————————————-

Commentaire sur le recueil

En épigraphe figure une citation d’Edgar Allan Poe, mais l’inspiration est plus proche de Lovecraft. Comme le signala Tremblay lui-même, on peut déjà déceler dans ces premiers textes certains des thèmes qui allaient revenir dans ses pièces ou ses romans : l’homosexualité dans ‘’Angus ou la lune vampire’’, l’inceste dans ‘’La dernière sortie de Lady Barbara’’, la critique sociale dans ‘’Le diable et le champignon’’, la dérision dans ‘’Monsieur Blink’’ ou dans ‘’Le dé’’.

Quatre des nouvelles, ‘’Angus’’, ‘’Wolfgang, à son retour’’, ‘’Les noces’’ (non édité), ‘’Manoua’’, firent partie d’un spectacle intitulé ‘’Messe noire’’, créé en 1965 par ‘’Le mouvement contemporain’’ au Théâtre des satimbanques

Contes pour buveurs attardés

Vous pouvez retrouver ce livre sur Amazon.



Légende (librement inspiré de Homolibris) :
Nous avons aimé un peu, beaucoup, passionément, à la folie, encore plus que ça....

BD
E
N
R
Rj
T
Bande Dessiné
Essai
Nouvelles
Roman
Roman Jeunesse
Théâtre

h
H
HH

l'homosexualité est anecdotique (un personnage, une situation, une réflexion, etc.),
l'homosexualité est un des thèmes principaux,
l'homosexualité est LE thème principal,