Si la bibliothèque de ce site couvre principalement des personnages LGBT positifs, il existe également des personnages bi ou gay dans les œuvres de la littérature imaginaire qui ne font pas honneur à la communauté. Il est d’ailleurs fort probable que le coté homo ait malheureusement été utilisé par les auteurs pour accentuer le coté maléfique de leurs personnages…

Une sélection des 5 personnages qui ont incarné le mal au cours de cycles de roman, et à tout seigneur, tout honneur, commençons par le plus terrible, et probablement le plus connu : le Baron Vladimir Harkonnen.

1. Baron Vladimir Harkonnen

Cycle Dune Frank Herbert

Dans l’Univers de Dune, la Maison Harkonnen a été discrédité à cause de son fondateur Bashar Abulurd Harkonnen qui fut banni pour couardise après la Bataille de Corrin. Tout dans l’attitude des Harkonnens vise à écraser les personnes et tous les systèmes de valeurs auxquels ils avaient affaire sous le poids de leur arrogance et de leur supériorité proclamée. Et le Baron Vladimir Harkonnen fût certainement le plus maléfique et le plus tortueux de la lignée des Harkonnens.

D’une intelligence claire et précise, le Baron aidé de son Mentat, Piter de Vries réussit à se débarrasser de la Maison des Atréides avec l’aide des Sardaukars de l’Empereur. Ce moment marqua l’apogée de la puissance de sa Maison : Elle disposait d’un siège permanent à la C.H.O.M, le quasi-fief d’Arrakis, seule source de l’Epice et pouvait raisonablement penser au trône impérial pour le na-Baron, Feyd Rautha.

Il trouva la mort sur Arrakis lors de l’assaut des soldats fremen de Paul Muad’Dib de la main d’Alia, sa petite fille.

Son attrait pour les jeunes jouvenceaux est esquissé dans le cycle original et confirmé de manière évidente dans les pré-quelles du cycle écrit par le fils de l’auteur. Notamment lors de la confrontation avec les Bene Gesserit pour la conception de  Dame Jessica.

Il a été incarné à l’écran par Kenneth McMillan dans la version de David Lynch et par Ian McNeice dans la mini-série de la chaîne SciFi :

2. Quinn Dexter

Cycle L’Aube de la Nuit Peter F. Hamilton

Membre très actif de la secte du Porteur de Lumière sur Terre (dénomination dans laquelle on peut trouver une allusion à Lucifer), Quinn Dexter est déporté sur la planète Lalonde à la suite de son arrestation sur Terre. Lors d’un rituel s’apparentant à certaines pratiques satanistes, Quinn devient le premier corps possédé à cause d’une rupture dans le continuum spatio-temporel et se croit, de ce fait, l’envoyé du « Frère de Dieu » lui-même.

Quinn Dexter représente donc l’incarnation de la folie la plus noire et du Mal à l’état le plus brut.
Sa seule volonté est d’infliger la souffrance pure et de faire régner la destruction la plus totale, afin de préparer la venue de Satan, le frère de Dieu, ou Porteur de Lumière. Pour cela, il n’hésite pas à utiliser toutes les formes de sexualité, y compris les plus extrêmes, tant avec les hommes qu’avec les femmes.

On a rarement vu, dans un roman de SF, un méchant aussi travaillé, et représentant aussi profondément le Mal. Mais la vraie prouesse de l’auteur est de ne pas lui avoir attribué un caractère trop manichéen ou stupide.

3. Dyan Ardais

Cycle de La TénébreuseMarion Zimmer Bradley

« Un homme grand, pâle, au nez en bec d’aigle » (L’héritage d’Hastur, page 11). Dyan a une « voix dure et pourtant musicale » et des yeux « presque incolores » (op. cit., page 11). Dyan a des cheveux noirs, il est mince et possède des mains à six doigts : le sang chieri des Ardais s’exprime clairement chez lui et il ne ressemble pas au Seigneur Comyn classique (op. cit., page 67).

Dyan Ardais, connu pour ses penchants homosexuels et surtout sadiques, est nommé comme responsable des cadets, notamment Regis Hastur et Danilo, les héros du roman.

Il provoque la disgrâce de Danilo qui est renvoyé de la garde Comyn pour avoir tiré son épée contre lui. Dyan était violemment attiré par Danilo. Mais ce dernier est cristoforo et a de ce fait refusé une relation homosexuelle. Dyan a alors harcelé Danilo de ses avances jusqu’à le pousser à ce geste fou. Dyan a utilisé son laran (sorte de pouvoir psychique) pour s’imposer à Danilo, jour et nuit, un comportement criminel qu’Hastur a juré de mettre à jour. Il semble d’ailleurs qu’il n’en soit pas à son premier viol psychique prélude à un viol physique…

Dyan finira par reconnaître officiellement son tort dans la provocation de Danilo et lui donne comme compensation l’héritage du domaine Ardais, Danilo étant en fait un parent de la famille.

4. Lord Orun

Cycle Le Royaume de TobinLynn Flewelling

A la mort du Duc Rhius, le père de Tobin, celui-ci est placé sous la tutelle de Lord Orun dont l’objectif est de le dépouiller de ces biens et de ces titres. En effet, Tobin est le « seul et unique héritier des plus riches domaines de tout le royaume, et c’était Orun qui tenait les cordons de la bourse. » Il est considéré comme « le plus haïssable d’Ero » et « si son penchant pour les jouvenceaux n’étaient un secret pour personne, le bougre s’était en revanche borné à le satisfaire avec des domestiques et des prostitués ».

Le « frère » de Tobin mettra un terme aux manigances de l’odieux personnage lorsque celui-ci se sentant perdre ses avantages voudra s’en prendre physiquement à Tobin.

5. Ajrarn – Seigneur des Ténèbres

Cycle Le Dit de la terre plateTanith Lee

Ajrarn, « Le Maître des Ténèbres » est un  grand seigneur parmi les démons. Il se manifeste dans la plupart des autres volets du cycle, au point même de ravir la vedette aux autres princes démons. Rien ne réjouit davantage Ajrarn que de briser, par simple caprice, la destinée des mortels, modestes comme puissants. Et s’il ne peut obtenir ce qu’il désire, il le détruit. On suit ainsi quelques-uns de ses méfaits, plus ou moins captivé par les descriptions et les intrigues.

Adoptant un orphelin de mortel, Ajrarn le fait élever dans sa cité souterraine de Druhim Vanashta, avant d’en faire son amant. Ayant eu connaissance de ses origines, le jeune homme est irrésistiblement attiré par la surface du monde. Ajrarn multiplie les artifices pour le détourner de ce tropisme avant finalement de lui céder, accordant une journée de liberté auprès des siens.

Jalousie, vengeance, tout cela se termine évidemment très mal.

Il apparait en dernier dans ce Top 5, après tout : c’est un Démon, c’est dans sa nature, contrairement aux autres personnages qui sont humains.


Ce petit tour dans les arcanes maléfiques se terminent sur une note plutôt positive : constituer cette liste n’a pas été simple, à croire que l’homosexualité n’est pas utilisé tant que ça pour accentuer la « perversité » d’un personnage de « méchant » !!!