Résumé :

Lorsque la vallée de San Fernando (Californie) est envahie par des zombies, des vampires et des loups-garous et alors que les scientifiques cherchent encore une réponse à la cause de ce chaos, les membres de l’UTF (Undead Task Force) sont chargés d’éradiquer les monstres, ou du moins les contenir dans la vallée.

Notre avis :

Sur le modèle de COPS, cette série de type faux reality show, suit en caméra sur épaule des flics en interventions… seule particularité : ils ne combattent pas le crime mais trucident des zombies, arrêtent des loups-garou, combattent des vampires !

On est dans le gore le plus totale : de l’horreur très basique en termes de violence, et particulièrement explicite. Il se caractérise par des effusions de sang sans limite : membres arrachés, corps éviscérés… Rien n’est suggéré, tout est montré.

Les principaux acteurs sont :

  • Charlie Sanders : Agent Joe Stubeck, le bon gars père de famille
  • Bryce Johnson : Agent Billy Pierce, le bogosse, partenaire de Stubeck
  • Bryan Callen : Capitaine Frank Dashell, le Capitaine, aux tendances inavouées
  • Tania Raymonde : Agent Carla Rinaldi, le flic modèle « Ripley » qui tire à tout bout de champ
  • Texas Battle : Agent John « John-John » Johnson, le black de service…
  • Caity Lotz : Agent Kirsten Landry, la « bleue » qui débarque

Bien sur, si on vous en parle ici c’est que quelques moments nous ont interpellés :

  • Le Capitaine Dashell : à plusieurs reprise, on le voit en pleine « drague » de l’agent « John-John » de manière plus ou moins explicite sur le mode « amitié virile »… un ressort plutôt comique à suivre
  • Les « partenaires » Billy et Stubeck qui ont posés pour une affiche “Partners Provide Protection”, ce partenariat est bien sur un partenariat sur les missions mais c’est une blague récurrente de la série sur la confusion avec un partenariat civil. L’agent Billy tient à le préciser systématiquement à chaque fois qu’on évoque le sujet !
  • L’agent Carla Rinaldi : alors que l’agent John-John la drague à longueur de journée, il finit par découvrir qu’elle est lesbienne et que sa petite-amie travaille dans le bar où il essaye de faire valoir ses charmes sous son regard amusée. Il est fort probable que la présence de ce couple lesbien ne soit là que pour les fantasmes des amateurs de Gore, mais pour l’instant il n’est pas caricatural, donc on prend !

En résumé, une série où il vaut mieux débrancher ses neurones pour profiter des 20 minutes de chaque épisode : idéal après une dure journée de travail pour se détendre !!!